INFORMATION

INFORMATION

Forum EMPLOI 21/11/2020

Votre sous sous titre

Saint-Brieuc Armor Agglomération, la Cité des Métiers des Côtes d’Armor et un collectif de partenaires de l’insertion et de l’emploi vous invitent à venir participer : 

Au Forum Emploi et Métiers pour promouvoir les métiers du territoire et les secteurs qui recrutent : 

Samedi 21 Novembre 2020 De 9h à 13h Saint-Brieuc 

- Palais des Congrès et des Expositions (Hall 3) 

Vous pouvez vous inscrire dès à présent et réserver un stand gratuit 
Attention Nombre de places limité : Cliquez ici  

Au programme : 
un espace Employeurs (publics, privés), offres d’emploi, recrutement,… 
un espace Découverte des Métiers (démonstrations, simulations,…) 
un espace Conseil (Infos sur la formation, financement de formation) 

Respect des Règles Sanitaires en vigueur à la date du Forum 
Contacts :Marina JOUAN - Cité des Métiers des Côtes d’Armor - 02.96.76.51.51 Serge GUEMAS - Saint-Brieuc Armor Agglomération - 02 96 77 60 45

Newsletter Septembre 2020

Préparation à l’apprentissage, l’ADE en soutien à l’initiative

ADE et AJE22, (un de nos partenaires des visites de FOCUS Entreprise) soutiennent l’initiative d’une classe de préparation à l’apprentissage. Elle s’ouvrira à la rentrée de septembre à Saint-Brieuc, en PJ vous trouverez le flyer résumant le dispositif.

Vous pouvez y participer de diverses façons :

En intervenant auprès de ces jeunes dans la période considérée (fin août à fin octobre) en particulier sur la connaissance de l’Entreprise : sa culture, son fonctionnement, ses rouages, ses codes, le réseau… l’objectif est de faciliter leur intégration et leur recherche d’entreprise d’accueil pour leur apprentissage et la mise en place de leur projet professionnel.

Faites-moi savoir par retour vos possibilités, je vous recontacterai individuellement pour les modalités pratiques et vous mettre en contact avec la responsable du dispositif Isabelle Sicrieru (coordonnées sur le flyer).

D’avance Merci

Jocelyne Cacciali

Newsletter Juin 2020 

Lettre de SBAA pour les Entreprises

La période que nous traversons depuis le mois de mars dernier fragilise fortement nos entreprises et salariés.

L’Etat et la Région Bretagne ont, dès le début de la crise, mis en place un grand nombre de dispositifs de soutien et d’accompagnement pour les entreprises (dispositif de chômage partiel, fonds de solidarité pour les TPE, indépendants, prêt garanti par l’Etat, prêt rebond, versement anticipé des aides régionales…).

La plupart d’entre vous ont vraisemblablement actionné une ou plusieurs mesures instaurées, afin de traverser et préparer l’après crise. 

Comme vous avez pu le lire dans la presse ce week-end, Saint-Brieuc Armor Agglomération, mobilisera 3 millions d’euros pour soutenir l’économie locale (PME, TPE, micro-entreprises). Cette enveloppe importante viendra compléter les dispositifs d’aides existant de l’Etat et de la Région.

Si des mesures sont d’ores et déjà validées (suspension de loyers sur tout l’immobilier d’entreprises appartenant à l’agglomération), d’autres dispositifs d’accompagnement vont être prochainement étudiés. 

En ce sens, une commission sera installée dans les prochains jours.

Je transmettrai l’ensemble de vos remarques à la Direction du Développement Economique de Saint-Brieuc-Armor Agglomération qui s’alimentera de vos contributions afin de construire ses futures interventions.

Une communication détaillée sera présentée auprès des acteurs économiques et plus largement des entreprises dès que les modalités d’intervention auront été définies en lien avec la Région, les compétences réglementaires de l’agglomération et les prochaines mesures de l’Etat.

Par avance, merci de vos retours.

Le tribunal de commerce de Saint-Brieuc lance un appel aux entreprises en difficulté

En invitant les entreprises costarmoricaines à se placer sous sa protection, via une demande d’ouverture de mandat ad hoc, le tribunal de commerce de Saint-Brieuc veut contribuer à soutenir l’économie locale en cette période de crise profonde liée au coronavirus.

Depuis la mise en place de son plan de continuité d’activité le 17 mars 2020, le tribunal de commerce de Saint-Brieuc a ordonné 13 mandats ad hoc, soit autant que sur l’ensemble de l’année 2019. Totalement confidentielle, cette procédure de prévention consiste à assister le dirigeant afin d’optimiser les mesures de soutien, de discuter avec les banques de la réorganisation des emprunts et de l’accès à de nouveaux financements tels que le prêt garanti d’État (PGE) de Bpifrance.

Ces 13 demandes concernent 300 salariés employés dans des PME principalement dans le domaine du BTP.

Par leur structuration, ces entreprises et leurs conseils connaissent l’intérêt du mandat ad hoc. A contrario, les TPE, les commerces et les restaurants appréhendent peu ce dispositif de prévention. Ils considèrent encore le tribunal de commerce comme un censeur et non comme un facilitateur. Cette méconnaissance leur est préjudiciable car, malgré le report de certaines échéances fiscales ou sociales, certaines charges de fonctionnement perdurent en l’absence de chiffre d’affaires. Par ailleurs, leurs trésoreries sont fragilisées par l’avance du chômage partiel avant un éventuel remboursement par l’État.

En cette période de crise, les petites entreprises, avec ou sans salarié, ne doivent pas se priver de se mettre sous la protection du tribunal et le considérer comme un allié pour protéger leur activité.

Le tribunal de commerce de Saint-Brieuc précise que le prêt garanti d’État (PGE) de Bpifrance n’est pas systématique, notamment pour les sociétés qui en ont le plus besoin. Elles doivent préparer en amont un plan de trésorerie réaliste et un argumentaire qui démontrent leur capacité de remboursement, leur faculté à sortir de la crise et leur motivation. Le mandataire judiciaire, nommé par le tribunal de commerce dans le cadre du mandat ad hoc, représentera le chef d’entreprise auprès de la banque et tentera d’obtenir son accord en termes de montant et de délais. La probabilité de réussite dans la discussion est plus importante grâce à cet accompagnement et ne fragilise pas la relation avec son conseiller.

Par cet appel lancé aux entreprises en difficulté, les juges du tribunal de commerce de Saint-Brieuc entendent tordre le cou aux idées reçues sur ses missions. Non, l’institution n’existe pas uniquement pour fermer les entreprises. Ses missions de prévention et d’accompagnement, comme le mandat ad hoc, prennent tout leur sens quand la pérennité du tissu économique local est en jeu.

 Les chefs d’entreprise doivent dès à présent prendre conscience de l’urgence à saisir le tribunal de commerce avant que leur société soit en cessation de paiements. Il leur suffit, pour cela, de formuler une demande d’ouverture d’un mandat ad hoc auprès du président du tribunal de commerce à l’adresse contact@greffe-tc-saintbrieuc.fr

Après un contact téléphonique, elle sera traitée dans la journée. 

En légende: Gilles Henrio Président du Tribunal de Commerce ,et Maitre Paty Greffier 
Gilles Henrio 
Président du tribunal de commerce de Saint-Brieuc 
Tribunal de Commerce de Saint Brieuc 
17 rue Parmentier 
22000 Saint Brieuc
02.96.33.68.92

Quelques Adresses utiles qui ont été envoyées et qui pourront en fonction de votre cas personnel être utilisées avec l’autorisation des organismes :

Fédération Nationale des Chambres Professionnelles du Conseil :

https://www.fncpc.org/page/132836-accueil ou https://fncp.qwesta-builder.io/form/JTQ9FQvmeMRNJSmxWt68

Tribunal de Commerce des Côtes d’Armor :

Pour être accompagné, le chef d'entreprise doit saisir le président du tribunal de commerce de Saint-Brieuc, par mail, à l'adresse ci-dessous : 

contact@greffe-tc-saintbrieuc.fr

CCI 

Message de la CCI : 
Votre CCI ferme ses portes mais reste à votre écoute : 
En télétravail ou au téléphone au 02 96 78 62 00 nos équipes se mobilisent !
#LaCCIestLà!

FOCUS entreprises fait ses courses !

Au Centre E.Leclerc de Plérin, si vous êtes clients, vous êtes habitués aux rayons , à vos rayons , au personnel que vous reconnaissez…pour les participants de Focus entreprise ce 16 janvier dernier, rien de cela n’a constitué leur repas de déjeûner, car ce sont les « coursives » si je puis dire que nous avons visitées…Dans ce grand couloir qui ceint le magasin que nous connaissons, nous avons effectué la visite passant devant chaque secteur de la boucherie aux réserves en passant par la boulangerie pâtisserie (où la douce chaleur nous a fait du bien…) ou encore la fromagerie ou la poissonnerie, chacun répertorié par une couleur précise.

Nous avons découvert l’univers de la fabrication… (locale et professionnelle) et quelques chiffres impressionnants (environ 13 tonnes de farine chaque semaine) ou encore les 300 employés dont 50 caissières ou les 140 intérimaires qui effectuent l’inventaire. Le boulanger travaille dès 2h du matin , la pâtisserie commence à 5h comme une majorité des employés.

La visite a permis surtout de préciser la diversité des 30 métiers différents du Centre (entreprise indépendante qui adhère au groupe Leclerc mais reste libre de ses mouvements pour la majeure partie de ses actions). 

La plupart des employés sont recrutés sur leur niveau (CAP, BEP ou plus selon les secteurs ou besoins) et font leurs preuves dans le travail, ils évoluent dans leur carrière (ancienneté moyenne des employés entre 16 et20 ans), l’apprentissage est également présent avec une embauche dans le magasin d’une partie d’entre eux. 

Ce qui est requis c’est de la « compétence plus que les diplômes ». Après on fait confiance !

Pour la partie optique, centre culturel et parapharmacie, on imagine bien que les compétences sont plus spécifiques et parfois pointues, font l’objet d’une aide de recrutement spécialisé, pour les autres métiers, c’est le directeur Eric Le Lostec, notre guide attentif et disponible lors de la visite qui procède aux recrutements. 

Une visite de qualité où tous les sujets sont abordés simplement, comme la problématique des emballages ou de la sécurité et de la qualité, au cœur des préoccupations. En somme 15 participants qui ont fait leurs courses d’informations.  

 J Cacciali

Décembre

Décembre

FOCUS en visite dans un groupement d’employeurs. 

Le 13 décembre 2019

Nous sommes accueillis par l’équipe d’ADELIANCE et le directeur, Loïc le Maréchal, présente le groupement d’employeurs. Pas de visite de locaux cette fois mais un moment d’échanges fructueux et éclairant !

Ce groupement d’employeurs, créé par l’ADE il y a 20 ans, s’adresse d’abord à de grandes entreprises sur notre territoire mais peu à peu trouve son expansion auprès des PME/ PMI qui ne peuvent embaucher un salarié à temps plein. Adeliance fait ainsi une mise en relation entre besoins en salariés et entreprises, notons que le département comporte une large majorité de « petites entreprises ». Les salariés, de leur côté, ont des compétences avérés et cherchent des emplois fixes, en CDI dans l’idéal. 

Quelques rappels : Adeliance est l’employeur, avec les exigences liées à ce statut, ils sont mis à disposition pour un temps donné dans l’entreprise. Un contrat de travail, une convention de mise à disposition et une lettre d’engagement, voilà les trois piliers. A ce jour, 137 adhérents (entreprises) à Adeliance. Sur la base de ses compétences, un seul candidat présenté à l’entreprise. 

Une question récurrente…Les différences avec l’Intérim : la mise à disposition est faite pour un motif temporaire, pas de CDI etc.

Les avantages d’être employé par Adeliance, si la formule convient car travailler dans plusieurs entreprises la même semaine exige de bonnes facultés d’adaptation ! Sécurité, développement, employabilité, motivation au travail, accès à la formation facilité. Enfin 85% des employés d’Adeliance sont en CDI.

Les entreprises adhérentes sont à 9% dans la production, 37 % pour les fonctions support (dont expert en com. en marketing etc.) 51 % pour l’administratif et 3% la logistique.

Merci à tous pour votre bon accueil et votre grande disponibilité.

 J Cacciali , ADE 14 décembre 2019.

FOCUS entreprises, en visite à RETROLOG.

Douze participants pour cette visite, c’était le début de saison pour FOCUS. Un excellent début et de belles découvertes dans une entreprise comme les autres mais pas tout-à-fait. 

Acteur de l’insertion, cette entreprise, créée en 2008, partie prenante du groupe Emmaüs, est un tremplin pour les personnes en insertion, qui travaillent, se forment et évoluent avant le plus souvent d’être employés dans d’autres entreprises.

A Plérin, son activité principale est l'affrètement et organisation des transports (MAIL BOXES), à laquelle s’est adjointe une activité de vente en ligne de livres d’occasions. Booki. ( accès par le site label-emmaus.co).

La visite a fait la démonstration que les parcours d’insertion, pour complexes et difficiles qu’ils soient, sont des parcours porteurs de sens et d’avenir pour les individus. merci à toute l’équipe et à Arnaud Leguilloux qui nous ont reçus.

Novembre

Quai des Réseaux : le 28 novembre 2019

L’ADE participera à l’édition de Quai des Réseaux qui s’opère dans les cadre des 200 ans de la CCI des Côtes d’Armor, Le 28 novembre 2019 à partir de 17h au Palais à Saint-Brieuc.

Venez nombreux ! et rencontrons-nous à cette occasion… Inscription et informations en cliquant ici

Novembre

Octobre

Les nouveautés d'Octobre

Découvrez les dernières infos de l'ADE sur le mois d'Octobre 2019 !
Cliquez ici

Visite LISI 27 mars 2019

Visite LISI 27 mars 2019

De la précision avant toute chose !

C’est le leitmotiv chez LISI, ce groupe français côté au second marche est fort de 12130 collaborateurs dans 50 sites et 13 pays LISI Aerospace à Plérin au fond de la vallée du Gouët, fait partie de la division Aerospace soit 57 % du CA. Deux autres divisions : l’automotive pour 35% du CA et le médical pour 8%.

A Plérin le site accueille 150 personnes dont 12 cadres tous en CDI à l’exception d’une douzaine d’emplois en CDD en passe d’être intégrés.

Le travail est celui de la précision dans l’usinage de pièces spécifiques conçus par le donneur d’ordre et fabriqués par LISI. A chaque étape de la fabrication, contrôle et traçabilité maximale pour l’ensemble des commandes qui vont de lot de 100 à 10000 pièces.

Pensez que certaines pièces du moteur des Airbus qui vous transportent vers vos prochaines vacances sont fabriquées à Plérin !

La base de la formation est le Bac pro, avec à la clé un parcours de formation en interne et diverses possibilités d’évolution.

Avec tous nos remerciements pour sa grande disponibilité à monsieur Lossois lors de cette visite.

J Cacciali

ade

FOCUS Entreprises en visite chez ALTENOV à Lamballe 

Entreprise d’automatismes pour l’industrie.

Ce n’est pas seulement une formule car cette entreprise familiale (un arrière-grand-père l’a fondé en 1822 en Alsace) ne s’occupe que de vos pieds. La tradition familiale est bien ancrée chez Pierre Durrmann, aujourd’hui à la tête de l’entreprise après ses parents, qui nous présente les activités et les métiers pratiqués. 

Contrairement à ce que nous pourrions imaginer, c’est après la seconde guerre mondiale que la podo-orthèse augmente son activité (guerre et polio ayant fait leur œuvre). D’abord installée à Saint- Brieuc puis en 2000 à Plérin où travaillent une quinzaine de salariés. L’entreprise est aujourd’hui un « groupe » avec plusieurs entreprises à Quimper, Brest Morlaix et comporte deux cordonneries et un site de e-commerce. 

Peu ou pratiquement pas de formation pour les métiers de la podo-orthèse qu’il faut distinguer de la pédicurie. La formation se fait dans l’entreprise pour la plupart des salariés à l’exception des 5 personnes ayant un diplôme. C’est la motivation qui compte et la capacité d’adaptation car les salariés sont presque tous polyvalents. Toutes les étapes sont aujourd’hui informatisées mais la touche manuelle reste à toutes les étapes essentielles. La fabrication hors matière première est locale et française. 

Le client et surtout son ou ses pieds sont les rois et on prend soin de l’accueillir, être à son écoute et plusieurs essais ou vérifications présentes lors de la fabrication et façonnage. Ce qui au total et annuellement donne 1500 paires de chaussures et 1200 semelles. 

Chaussure à son pied, disais-je…. 

J Cacciali

CV à lire par des adhérents 

CV : à lire par les adhérents,à faire passer à vos connaissances et amis professionnels, si vous le trouvez intéressant.

Consultez le CV

C’est au pied du mur qu’on voit le maçon !

Voici un adage que la Scobat a adopté depuis longtemps et pour cause ! Cette Scoop, créée en 1978 qui accueille 46 CDI et de nombreux employés en intérim est une société importante dans le paysage costarmoricain, qui appliquent aussi la philosophie des Scoop, 5 dirigeants au CA et 100% d’actionnariat des employés. 

Notre visite de Focus Entreprise a lieu cette fois au pied du mur du chantier du stade d’athlétisme Hélène Boucher, chantier de l’Agglomération de Saint-brieuc où la douzaine de participants équipés comme il se doit (cela ne rigole pas avec la sécurité sur un chantier !) ont affronté les averses pour mieux comprendre les métiers pratiqués sur de tels chantiers. 

Car c’est une découverte pour beaucoup de découvrir la variété forte des métiers (formations et de niveaux), rien à voir avec les manœuvres et les maçons d’autrefois. Aujourd’hui, les niveaux de technicité sont élevés (entre Bac pro, BTS et ingénieur), les corps de métiers qui se retrouvent sur un chantier tel que celui du stade sont multiples et c’est la capacité à coordonner, à saisir la complexité des actions successives qui ne doivent pas prendre de retard qui font la qualité de l’entreprise, l’efficacité et la rentabilité. 

Des métiers de passion qui construisent notre paysage quotidien. 

Merci au Directeur général, Hervé Maignen et au Président, Didier Hermessan pour leur disponibilité lors de cette visite.

Icone RSS Suivre cette page en RSS

Icone ICAL Les informations de cette page peut être integrées directement dans votre agenda en i-calendar(iCal)